Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
10 mars 2012 6 10 /03 /mars /2012 12:20

La cité des anges de l’extrême d’orient  est bien loin de l’image de la mégalopole ultra polluée, sur bétonnée et dont les trottoirs sont envahis par les jeunes prostitués  que l’on aime ( ??) nous montrer. Et rien de mieux que de s’y rendre pour corriger ces clichés. Balades dans les méandres de Bangkok bien loin des sentiers battus…

 

IMG 0051

On pourrait grossièrement dire qu’il existe 3 Bangkok dans la ville et que les 3 font un tout presque complémentaire:

- la ville traditionnelle ornée de temples dans laquelle fusent des milliers de tuk-tuk et dont les senteurs sont incroyablement douces (sauf peut-être celle des poissons séchés)

-  IMG_0581.jpgla nouvelle ville : avec ses grands centres commerciaux et ses immenses buildings, ses autoroutes suspendues qui permettent partiellement de désengorger l’infernal trafic. Cette modernité est certes le témoin d’une évolution du niveau de vie (d’une minorité) de thaï mais qui fausse totalement notre vision de la « vraie » Thaïlande que l’on vient visiter.

- la ville « des pauvres », bien loin des grandes routes touristiques mais plutôt le long des Khlongs (canaux qui quadrillent la ville) où la douceur de vivre et l’innocence des gens est appréciable à contempler, tout comme leurs sourires à s’en décrocher la mâchoire et le rire des enfants.  Coup de cœur pour cette facette de Bangkok.

 

Cette capitale tentaculaire rassemble plus de 11 millions de personnes, soit 10 % de la population nationale pour 90 % des voitures du pays… donc des bouchons permanant et un chant de klaxons constant.  

Petite anecdote, le mot thaï utilisé pour désigner Bangkok est:  Krung Thep  Maha Nakhorn Amon Rattanakosin Mhindraytthaya Mahadilokrop Noparatana Rajdhani Buriram Udon Rajnivet Mahasatan Amorn Pimarn Avatarn Satit… Imaginez un peu le panneau s’ils se servaient du nom en entier ! En bonus la traduction : Grande cité des anges, autel suprême des joyaux divins, forteresse invincible, vaste et sublime royaume, capitale royale et pareille des neuf nobles joyaux, demeure magnanime du monarque !

 

Notre arrivée à Bangkok le 16 février au soir nous a plongé au milieu des activités nocturnes de la ville. Malgré notre fatigue nous avons tendu à nous balader sur quelques rues  au rythme de la musique émanant des bars de Khao san road proche de laquelle se située notre guesthouse. Une nuit presque réparatrice plus tard et nous voilà face à notre première expérience terrifiante  en Thaïlande: le trajet en Tuk-tuk (petit triporteur qui sillonne la ville pour transporter les gens et marchandises, bien plus économique et typique que le taxi). Premier arrêt : le Wat Pho. Nous n’avons pas tenu à visiter tous les temples de Bangkok, sinon on y serait encore, mais celui de Wat Pho nous a attiré. En effet ce petit temple sans prétention à l’extérieur abrite le fameux Bouddha couché. De plus, il s’agit là du plus ancien et du plus grand temple de Bangkok. Ce temple tout aussi magnifique qu’il soit est un véritable lieu de vie où se croisent touristes et populations locales qui viennent chercher un peu de calme (et de spiritualité), les moines qui enseignent au sein de l’école du temple, les écoliers bien sûr et les étudiants de l’école de massage dont la réputation n’est plus à faire et qui pour quelques baths se feront un plaisir de se faire les mains sur vous.

IMG_0015.jpg

Concernant le bouddha couché, il mesure 45 mètres de long et 15 mètres de large, il est donc relativement imposant et  semble si à l’étroit dans son petit temple. Ce gigantesque bouddha est entièrement recouvert d’unecouche d’or. Dans l’enceinte du Wat Pho, plusieurs petits temples vous feront découvrir l’art thaï et la spiritualité bouddhiste. Cette visite dans ce lieu de culte s’est réalisée dans une ambiance prospère et apaisante (on y entendais même le chanat des oiseaux), tout ce dont nous avions besoin avant de repartir à l’assaut de Bangkok et de ses bruits incessant.


Un tour dans l’enfer de chinatown, quartier totalement déstructuré où même la population locale n’a pu nous réellement nous indiquer notre chemin, sous la chaleur écrasante de cette ville où aucun vent ne s’engouffre. Nous avons poursuivi vers MBK un immense centre commercial trop climatisé où se vend tout et surtout du faux, donc autant dire qu’il n’y avait pas d’intérêt particulier à passer du temps dans ce centre bien trop fréquenté qui plus est. . 

En quittant le shopping-mall, nous avons demandé à un chauffeur de Tuk-tuk de nous conduire sur la rive du Chao Phraya à hauteur du Wat Arun, un autre temple de la ville situé sur le fleuve. Sûr de lui, notre chauffeur fonça à travers les rues de la ville… pour nous conduire au Golden Mont ! Bref, il n’avait rien compris. Gros problème en Thaïlande, bien souvent on s’est où on veut aller mais on s’est pas si on va arriver à bon port. Les chauffeurs de  tuk-tuk dans leur immense majorité ne lisent pas notre alphabet et étant donné qu’il existe plusieurs mots pour désigner un même lieu, on ne se fait pas souvent comprendre ! Dans ces cas-là, le mieux c’est de garder son sang-froid !

Cela dit même si étions devant un lieu que nous ne voulions pas visiter, nous y sommes tout de même rentrés, et après avoir gravit les 350 marches (par 35° et 90% d’humidité, détails importants voire essentiels) de cette colline artificielle, une vue panoramique de Bangkok s’est offerte à nous malgré une pollution palpable. Cette vue nous a permis de nous rendre compte de l’étendue sans fin de la ville. Plus tard nous avons enfin réussi à rejoindre le fleuve. Le Chao Phraya est un réseau hydraulique qui s’étend sur tout le centre et le nord du pays. Dans Bangkok, il représente un axe majeur pour le transport et le commerce. Il se compose de nombreux bras, qu’on appelle Khlongs et qu’on a pris le temps de visiter, ils vous seront racontés dans un futur post.

IMG_0163.jpg



Nous avons passé la soirée sur Khao san Road. Cette rue (ou groupement de rues) est le lieu de rassemblement des routards du monde entier et les thaïes ont su en profiter. Le long des rues des centaines de guesthouses toutes aussi abordables les unes que les autres, des bars à cocktails, des immenses salons de massage et des bouis-bouis de souvenirs à ne plus savoir où donner de la tête. Pas d’excuse pour ne pas vous ramener un petit souvenir.  Nous avons tout de même diné local malgré la présence de deux grosses enseignes de malbouffe américaine, en sirotant un cocktail, et en guise de désert on s’est offert le traditionnel massage thaïe ! On s’attendait à un moment de détente la réalité fut assez surprenante et musclée ! En effet le massage thaï consiste grossièrement à vous retourner dans tous les sens jusqu’à ce que le plus infime de vos os soit enfin « craqué » ! C’est sportif et parfois douloureux mais une fois terminé on a vraiment l’impression de redécouvrir son corps et on se sent entièrement libéré (et crevé) ! A recommandé fortement ! Khao san road peut en surprendre plus d'un ou même parraitre bien loin de la Thailande, mais nous avons trouvé là un bon compromis qui nous a évité de nous balader seules à travers Bangkok pour sortir le soir.

 

Une nouvelle nuit dans la ville qui ne s’arrête jamais avant de prendre un vol interne direction Krabi au sud du pays… à bientôt pour de nouvelles aventures à travers le royaume de Siam.

IMG_0192.jpg

Partager cet article

Repost 0
Published by charlieandcortw
commenter cet article

commentaires

Qui Est Charlie?

  • : Le blog de charlie
  • Le blog de charlie
  • : j'ai fais le choix de vivre mes voyages et non de les rêver... Mais le bonheur n'est entier que s'il est partagé.
  • Contact

Liens